DIY Savon #2 – La saponification

Les méthodes de saponification

Comme expliqué dans le précédent article, il existe plusieurs méthodes de saponification. Mais qu’est ce que la saponification ? Regardons du côté de wikipédia :

La saponification est, dans le cadre général, une réaction chimique transformant un ester en un ion carboxylate et un alcool. Il s’agit en fait de l’hydrolyse en milieu basique d’un ester. Cette réaction permet la synthèse du savon.

Oooookayyyy ! Oui bon ça vous parle pas et à moi non plus. Réaction chimique d’accord mais pour le reste. Nous faut-il être laborantin ? Je vous rassure, pas du tout.

Un peu d’histoire. Le savon ne date pas d’hier et sa fabrication non plus. Les premières traces de savon dans l’histoire date de 4500 à 3500 ans avant JC en Mésopotamie. Les Sumériens fabriquaient une pâte savonneuse à partir de graisse animale et de carbonate de potassium, appelé « potasse des anciens », obtenu par macération et lixiviation de cendres végétales par l’eau. Plus tard à Alep, ville de Syrie, les savonniers fabriqueront le renommé « savon d’Alep » à partir de soude végétale, d’huile d’olive auquel ils ajouteront de l’huile de baies de lauriers. Durant les croisades, les croisés rapporteront ce savon en Europe, faisant de lui l’ancêtre de tous les savons durs au monde.

Ce petit point d’histoire nous rassure, si le savon est millénaire, de fabrication artisanale, c’est à notre portée d’en faire. Et bien oui. Donc passons l’explication de wikipédia et simplifions tout ça.

La saponification est la réaction chimique entre de la soude ou potasse avec de l’eau et de l’huile végétale. D’un coup on a tout compris, enfin c’est quand même un brin plus compliqué mais on a les bases. Les savons fabriqués avec de la soude sont durs alors que les savons fabriqués avec de la potasse sont mous voir liquide, comme le savon noir par exemple.

Nous voulons faire des savons durs, nous allons donc laisser la potasse de côté pour le moment pour nous intéresser de plus prés à la soude. La soude doit être tout d’abord mélangée à de l’eau avant d’être mélangée à l’huile. C’est le mélange soude et eau qui va transformer l’huile en savon. Lors de la saponification à chaud, la chaleur va accélérer le processus. Avec la saponification à froid le processus sera plus long et s’effectuera en plusieurs semaines, un mois environ.

Le mélange soude et eau s’appelle lessive de soude, on peut l’acheter plutôt que de faire le mélange mais la concentration de soude doit être de 30 à 35%. Vérifiez bien la concentration sur l’étiquette si vous choisissez d’utiliser la lessive de soude plutôt que de faire vous même le mélange. Voyons maintenant les méthodes et leurs différences.

La saponification à froid

Préparation :

  1. Pesez précisément chaque ingrédient : soude, eau, huile végétale.
  2. Mélangez vos huiles, beurres et chauffez les dans une casserole au bain-marie. Une fois le mélange liquide et homogène, laisser refroidir jusqu’à environ 50 °C.
  3. Ajoutez la soude à l’eau (non l’inverse), mélangez.
  4. Une fois la soude complètement dissoute dans l’eau, incorporez le mélange aux huiles(pas l’inverse).

Empâtage :

  1. Mixez le tout jusqu’à ce que la pâte épaississe. Continuez jusqu’à la « trace », c’est-à-dire le moment où le liquide devient assez visqueux pour que le mixeur laisse une trace en surface lorsqu’on le retire du mélange. Si vous souhaitez ajouter des colorants et parfums, ajoutez les avant que la trace ne soit trop marquée.
  2. Mélangez le tout et versez la pâte à savon dans un moule à cake ou dans des petits moules individuels.
  3. Tapotez le ou les moules de façon à faire remonter les bulles d’air emprisonnées et aplanir sa surface.

Séchage :

  1. Laissez reposer dans une boite ou entouré d’un linge. 24 h pour les moules individuels, 48h pour un moule à cake.
  2. Démoulez votre ou vos savons. Dans le cas d’un moule à cake, vous pouvez le découper en tranche. C’est également à ce moment que vous pouvez tamponner vos savons si vous le désirez.
  3. Laissez vos savons sécher dans un endroit sec et aéré à l’abri des enfants et des animaux domestiques durant 4 semaines.

Avantage : Simplissime / Inconvénient : Faut être patient.

La saponification à chaud

La seule différence avec la saponification à froid est que le mélange est chauffé pour accélérer le processus de saponification. Les savons sont utilisables des le démoulage.

Préparation :

  1. Pesez précisément chaque ingrédient : soude, eau, huile végétale.
  2. Mélangez vos huiles, beurres et chauffez les dans une casserole au bain-marie. Une fois le mélange liquide et homogène, le laisser refroidir jusqu’à environ 50 °.
  3. Ajoutez la soude à l’eau (non l’inverse), mélangez.
  4. Une fois la soude complètement dissoute dans l’eau, incorporez le mélange aux huiles.

Empâtage :

  1. Mixez le tout jusqu’à ce que la pâte épaississe. Continuez jusqu’à la « trace », c’est-à-dire le moment où le liquide devient assez visqueux pour que le mixeur laisse une trace en surface lorsqu’on le retire du mélange.
  2. Chauffez le récipient au bain-marie, dans une casserole d’eau, pendant au moins 30 minutes (jusqu’à 45 minutes). Le savon va gonfler et il faut mélanger vigoureusement à la spatule de temps en temps. La pâte prend un aspect de purée de pomme de terre, très visqueux, signe que la saponification se déroule de manière totale. On perçoit une très bonne odeur de savon.
  3. Quand ce temps est écoulé, on peut ajouter les huile essentielle et les colorants. Une fois bien mélangé, on coule la pâte dans le ou les moules.
  4. Tapotez le ou les moules pour faire remonter les bulles emprisonnées.

Séchage :

  1. Laissez refroidir les moules dans un endroit frais tel quel (pas de boîtes, pas de linge), éventuellement au réfrigérateur.
  2. Attendre quelques heures que les savons soient bien froids avant de les démouler.
  3. La saponification étant complète, le savon est utilisable immédiatement. Cependant, il est préférable de laisser les savons sécher quelques jours dans un endroit sec et ventilé toujours à l’abri des enfants et des animaux domestiques.

Avantage : On profite rapidement de nos savons / Inconvénients : Risque de brûlures et faut aimer faire la popote.

La saponification du chimiste

Un brin plus compliquée, la saponification du chimiste fait entrer un ingrédient supplémentaire dans la pâte à savon : l’éthanol plus connu sous le nom d’alcool. Cette méthode demande quelques équipements (de labo ^^) et l’ajout d’alcool ne fait qu’accélérer le mélange lessive de soude/huiles. C’est avec cette méthode que sont fabriqués nos savons industriels. Ils peuvent être glycériné ou non, suivant que l’on fasse un relargage ou non.

Rien qu’à voir l’image, ça ne donne pas envie. Mais c’est bien de savoir comment un produit sain et simple, fait de façon artisanale, peut tout de suite devenir plus compliqué et moins naturel des que l’industrie s’en mêle.

  1. Préparez le montage ci-dessus.
  2. Introduire 100 g d’huile choisie dans le ballon.
  3. Préparez la solution de lessive de soude. Peser exactement (au dixième de gramme près).
Huile utilisée Masse de NaOH
Olive 12,9 g
Colza 11,8 g
Noisette 12,7 g
Pépin de raisin 12,7 g
Ces masses ont été calculées pour obtenir un savon surgras à 5%.
  1. Ajouter 30 mL d’eau pour dissoudre la soude. Faire tremper le bécher dans de l’eau froide pour dissoudre la soude plus rapidement.
  2. Ajouter votre solution de soude dans le ballon à l’aide d’un entonnoir, puis 5 mL d’éthanol.
  3. Mettre en route le chauffage, sous agitation, jusqu’à obtenir un reflux, pendant 30 minutes environ.

Après saponification, 2 options :

  1. On coule directement le mélange dans un moule et on attend le refroidissement et la solidification. Le savon contient alors toute la glycérine. Cette option n’est possible que si l’on est sûr d’avoir introduit la quantité exacte de soude.
  2. On réalise un relargage : le mélange est versé dans une solution saturée en sel (NaCl) de manière à éliminer la glycérine, le savon étant quant à lui insoluble. Après moulage, le savon sera utilisable. Si jamais la saponification a été réalisée avec un excès de soude, il faut obligatoirement passer par cette étape pour éliminer l’excès de soude, le savon sera aussi lavé à l’eau froide plusieurs fois avant moulage.

Alors avec cette méthode on a le choix, soit on est sur de notre dosage et on peut profiter de la glycérine pour ne pas dessécher notre peau fragile, soit on est pas sur et on l’enlève adieux ma peau douce.

Donc avantage : Aucun / Inconvénients : Beaucoup

Et puisqu’on parle de peau douce, il est important de parler du surgraissage. Vous avez déjà du voir sur des savons achetés dans le commerce « savon surgras » et certains avec le pourcentage. Et bien je vous explique tout ça dans le prochain article, le surgraissage des savons 😉

Laisser un commentaire